«

»

Imprimer ce Article

Au doigt et à l’œil !

Le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux affirme sa solidarité sans faille avec les militants poursuivis et appelle à venir les soutenir : - Au rassemblement organisé mercredi 31 août à 18 heures devant les Cordeliers (côté place du Marché) ; - Le jour du procès, jeudi 1er septembre à 14 heures, au palais de justice.

Comité Poitevin Contre la Répression des Mouvements Sociaux

C’est ainsi que la police entend être obéie de la justice dans des procès dont elle est à la fois plaignante, enquêtrice et témoin à charge. C’est ainsi que R. a été condamné le vendredi 12 octobre à 250 euros d’amende (+90 euros de frais de procédure) et 100 euros de dommages et intérêts au Papineau. Il était inculpé d’outrage par voie de fait, à savoir un doigt d’honneur, envers les illustres commissaires Papineau et Ruffin, le 14 juin à 21h, alors que les pandores procédaient à une délicate et risquée opération de nettoyage de la place du marché encombrée de quelques dangereux SDF indésirables. Malgré la délicatesse de l’opération (aux dires de Papineau), nos pandores ont eu l’œil pour voir à plus de 20 mètres qu’un doigt leur était destiné et non à une quelconque autre personne !
Résultat, verdict prononcé dans la seconde qui a suivi la fin officielle du procès après une « délibération » qui n’a pas eu lieu. Le match était-il truqué ? Des paris avaient-ils été clandestinement faits ? N’en tirons pas de conclusions trop hâtives, nous ne sommes pas à Marseille. D’ailleurs, le camarade interpellé la veille alors qu’une distribution de tract se déroulait aux Cordeliers peut en témoigner : on lui a rendu tous ses effets saisis et aucun ne sera retrouvé dans un quelconque placard en vue d’une mise en vente ! Distribuer un tract la veille d’un procès est une routine. Intervenir pour faire cesser la distribution et plier la banderole est une nouveauté. Procéder au contrôle d’identité de quelqu’un qui faisait remarquer à l’un des policiers dirigeant la manœuvre qu’il n’avait pas de brassard et refusait de prouver sa « qualité » est un aveu.

La rue leur appartient ! Reprenons-là !

Arrestation à Poitiers. On peut remarquer que les policiers en civil n'ont pas leurs brassards

Arrestation à Poitiers. On peut remarquer que les policiers en civil n’ont pas leurs brassards

 

Flics Hors de nos vies - Hors de nos villes

Flics Hors de nos vies – Hors de nos villes

 

Lien Permanent pour cet article : https://www.antirep86.fr/2012/10/14/au-doigt-et-a-loeil/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*