«

»

Imprimer ce Article

Une justice dans l’urgence NR 14/05/2010

Ce dossier de stupéfiants (lire ci-dessus) devait passer à 16 h, il est passé à 17 h. Un retard qui a relancé le débat sur l’intérêt de la comparution immédiate. Jugée par certain comme une “justice dans l’urgence“, la compa’ comme on dit dans les couloirs du palais, contraint souvent les avocats à découvrir le dossier de leur client quelques heures avant leur procès, voire quelques minutes. Ce fut le cas pour M e Takhedmit qui a “rencontré son client cinq minutes avant l’audience“. Il s’énerve. “On est obligé de plaider dans des conditions lamentables. Ce n’est pas en cinq minutes que je vais préparer un dossier. Il me faut deux ou trois heures pour travailler.” Estimant que ce n’étaient pas les “bonnes conditions” pour défendre son client, il a demandé un délai. Pas M e Damy, qui plaidait pour la même affaire. Il n’empêche que l’agacement est là. “Je déteste cette forme de justice de la comparution immédiate. C’est une situation difficile pour la défense. Cela pose la question de savoir si on veut une justice de qualité ou pas ?

Lien Permanent pour cet article : https://www.antirep86.fr/2010/05/14/une-justice-dans-lurgence-nr-14052010/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*