La contagion des sucettes cassées Centre Presse 03-07-09

DÉGRADATIONS Après Poitiers et Niort, c’est au tour de La Rochelle d’être confrontée aux dégradations.

Après une accalmie, les sucettes Decaux sont de nouveau prises pour cibles. (archives CP) FRETIER Denys

Après une accalmie, les sucettes Decaux sont de nouveau prises pour cibles. (archives CP) FRETIER Denys

Les dégradations du mobilier urbain Decaux étaient jusqu’ici réservées à Poitiers. Pas une sucette ni un abribus ou presque n’a été épargné en centre-ville, porte de Paris, avenue de la Libération ou encore dans le quartier du campus universitaire. Une source policière extérieure à la Vienne va même jusqu’à parler de 600 sucettes vandalisées depuis moins d’un an à Poitiers ! Un record et un préjudice exceptionnel qui se chiffre en milliers d’euros.

118 vitres en une nuit !
Mais le mouvement semble faire tache d’huile. Après Poitiers et Niort (une centaine de panneaux publicitaires et abribus cassés), c’est la Rochelle qui est confrontée à ce problème.

Dans un article de Sud-Ouest daté d’hier et titré ” Dégradations Decaux : la piste poitevine”, on apprend que 118 vitres de panneaux, abribus et sucettes abritant de la publicité, ont été brisées à La Rochelle dans la nuit du 15 au 16 juin, “ sans doute à l’aide d’un poinçon”.

Un Poitevin recherché
La police rochelaise a lancé un avis de recherche à l’encontre d’un suspect, un Poitevin. Selon Sud-Ouest, elle s’intéresserait à ” un jeune homme, demeurant à Poitiers et qui se situerait dans la mouvance antipub très politisée ». Celui-ci avait été condamné, le 15 juin, par le tribunal correctionnel de La Rochelle à une amende de 300 € et un stage de citoyenneté pour deux dégradations du même type à La Rochelle en février 2009.

Vacances d’anars…
Même si de nouvelles sucettes cassées ont récemment refait leur apparition après une pause, Poitiers devrait dormir tranquille cet été. La Rochelle a pris le relais. L’anarchiste casseur de sucette a beau être contre tout mais, comme l’estivant poitevin moyen, il part aussi en vacances… sur la côte.

Le 17 juin (lire CP du 18 juin), deux jeunes anarchistes ont été arrêtés en flagrant délit à Niort, devant un abribus aux vitres cassées (le couple doit être jugé le 30 juillet). Le jeune homme avait un stylet à la main, sa copine attendant au volant d’une Clio immatriculée en Deux-Sèvres et qui avait déjà été aperçue à Poitiers près de dégradations similaires.

FRETIER Denys

Lien Permanent pour cet article : https://www.antirep86.fr/2009/07/03/la-contagion-des-sucettes-cassees-centre-presse-03-07-09/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*