«

»

Imprimer ce Article

“Arrestation arbitraire” d’un syndicaliste en marge d’une visite de Sarkozy ? Nouvelobs.com 09-12-10

Lire sur le site

Les gendarmes d’un village de l’Allier ont retenu un syndicaliste pendant cinq heures dans leurs locaux afin qu’il ne trouble pas le déplacement de Nicolas Sarkozy venu réconforter le monde rural. Le procureur de la République demande une enquête.

Les déplacements du président de la République sont décidément très bien organisés. Après les roulottes à Montillot le 30 septembre denier, voici les syndicalistes au Mayet-de-Montagne. L’étape dans l’Allier de ce tour de France agricole est à cet égard édifiante, avec la rétention d’un syndicaliste relatée par Le Monde.fr le mercredi 8 décembre. Le 25 novembre dernier, Nicolas Sarkozy tentait de réconforter un secteur touché de plein fouet par la crise, promettant de profiter de sa présidence du G20 pour lui apporter des solutions.

Afin d’éviter que ne se renouvelle l’accueil peu chaleureux des précédents déplacements, la gendarmerie du Mayet-de-Montagne a en effet retenu pendant 5 heures un syndicaliste de Sud. Frédéric Le Marrec, 42 ans, a raconté son arrestation au Monde.fr, récit confirmé par des sources proches de la gendarmerie.

La commune de Mayet-de-Montagne compte moins de 2.000 habitants et, ce 25 novembre, quelque 400 policiers et gendarmes, ainsi qu’une quinzaine de manifestants venus protester contre la visite présidentielle et la réforme de retraites. Frédéric Le Marrec n’a pas pu les rejoindre, prié d’accompagner les gendarmes qui l’attendaient à la sortie de son travail, à 9h30, au moment où il s’apprêtait justement à retrouver ses camarades pour manifester.

“Le préfet vous en veut”

Les gendarmes l’ont interrogé au sujet d’un collage d’affiches, pendant moins d’une heure. Une fois le sujet réglé, le syndicaliste se préparait à s’en aller lorsqu’un gendarme lui a glissé : “On vous déconseille de partir“. La gendarmerie lui a fait passer un message : “Le préfet vous en veut”. Afin d’éviter que la situation ne s’aggrave, Frédéric Le Marrec est resté. Il n’a quitté la gendarmerie que 5 heures plus tard, juste après le départ de Nicolas Sarkozy.

Le Monde.fr confirme que la veille du déplacement du président de la République, une réunion de sécurité a été organisée pendant laquelle Pierre Monzani, le préfet de l’Allier, aurait effectivement cité Frédéric Le Marrec : “Si à 9 h 30 il va pisser, il faut que je le sache”. Version que le préfet dément.

Le 6 décembre, le syndicaliste a porté plainte contre X pour “arrestation arbitraire”. Si le commissariat de Vichy dément de son côté avoir enregistré cette plainte, l’État-major de la gendarmerie d’Auvergne a bien confirmé le dépôt d’une plainte.

A Cusset, le procureur de la République qui a reçu la plainte pour “arrestation arbitraire”, a déclaré jeudi soir s’être procuré le procès verbal de l’audition de Frédéric Le Marrec. Dominique De Bouclans a ajouté qu’il avait saisi l’inspection générale de la gendarmerie nationale “pour enquête”.

(L. M. – Nouvelobs.com)

Lien Permanent pour cet article : http://www.antirep86.fr/2010/12/09/arrestation-arbitraire-dun-syndicaliste-en-marge-dune-visite-de-sarkozy-nouvelobs-com-09-12-10/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*