«

»

Imprimer ce Article

Châtellerault Vidéosurveillance : où en est le projet ? PQR 25/10/2010

Selon le collectif anti-vidéosurveillance, le marché de vidéosurveillance aurait été attribué à la société chargée de faire l’audit, et qui n’est pas encore réalisé.

Une quinzaine de caméras serait en projet selon le collectif. - Une quinzaine de caméras serait en projet selon le collectif. –  – Photo NR

C‘est un mensonge à l’état pur, on nous refuse le dialogue. Les mots sont de Catherine Barrault-Barril. Membre du collectif « La vidéosurveillance, ce n’est pas la solution », l’élue vert, comme ses camarades des Parti de Gauche, Parti socialiste, Parti communiste, Parti radical de gauche, Verts, Attac, et Ligue des droits de l’homme, est pour le moins étonnée des informations apprises « par la bande » sur le dossier.
Selon ces dernières, le marché d’équipement aurait été attribué à la société Espace risk management (ERM), chargée de réaliser l’audit et ce, avant même qu’elle ne le rende. « Il y a un déficit démocratique flagrant », s’insurge Daniel Trillon, président de la section d eChâtellerault de la Ligue des droits de l’homme.
” C’est un projet politique et financier ! ”

Après deux courriers, le collectif a renvoyé une nouvelle missive à Jean-Pierre Abelin avec demande d’entrevue, « restée sans réponse » (1). « Pourtant, reprend Catherine Barrault-Barril, le choix d’ERM n’est pas un choix neutre. Son PDG Claude-Jean Calvet est à l’origine de l’association des maires pour une ville sûre. Il fait faire des audits avec des arguments a priori, tels que la création de fiche de signalement, le suivi nominatif des familles, la levée du secret professionnel, le tout pour faire baisser l’insécurité. L’audit ne peut pas être objectif dans ces conditions. C’est à la fois un projet politique et financier. »
” Une police
municipale
n’offrira pas
les mêmes
garanties ”

Les membres du collectif craignent de ne pas connaître les résultats de l’audit, « comme cela a été le cas de celui sur l’état des finances laissées par l’ancienne municipalité ». « Il y a un manque de transparence, déplore Jean-Claude Monaury pour le PCF. Les élus ne sont jamais associés. » Et plus que le coût d’installation des caméras – des financements sont accordés par l’Etat pour ce poste – c’est celui de fonctionnement qui est pointé du doigt. Pour quinze caméras, Saint-Herblain doit débourser 600.000 €/an indique Daniel Trillon. « C’est la prévention qui est ainsi condamnée, assure-t-il. Car où seront prélevés les fonds nécessaires ? Sur la prévention. »
« Pas de comité de pilotage, ni de comité d’éthique, s’inquiète Gilles Michaud, des dommages collatéraux sont à craindre avec l’annonce d’une police municipale qui n’offrira pas les mêmes garanties que la police nationale. C’est un choix politique. »
(1) Jointe par téléphone, Véronique Abelin, directrice de cabinet du maire, a indiqué que la réponse était partie mardi dernier.

la question

Quand la décision sera-t-elle prise ?

« Il y a eu un peu de retard puisque l’étude aurait dû être rendue à la fin octobre, explique Véronique Abelin. Les premiers éléments de l’audit devraient nous être fournis dès la mi-novembre, et la totalité en décembre, du moins ce qui concerne le diagnostic de sécurité. » L’audit sera ensuite présenté et discuté en commission municipale, assure la directrice de cabinet.

la phrase

« Je suis plus inquiète par le vide juridique qui entoure internet que par la vidéosurveillance »

Véronique Abelin a été saisie par un père dont la famille a vu les photos qu’elle avait mises sur internet être transformées dans un sens dégradant. « Je regrette que la LDH ne se saisisse pas de ce genre de problème. Le vide juridique qui existe autour d’internet et de l’utilisation des images qui y est faite me paraît plus inquiétant que la mise en place de caméras. »

Laurent Gaudens

Lien Permanent pour cet article : http://www.antirep86.fr/2010/10/25/chatellerault-videosurveillance-ou-en-est-le-projet-pqr-25102010/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*