«

»

Imprimer ce Article

Les Expressifs en blanc contre les manifestants en noir CP 08-10-10

Un cirage de pompes pour Alain Claeys (jfminot)

Un cirage de pompes pour Alain Claeys. jfminot

Lancement avec humour, hier soir, du festival des Expressifs. Le ton est donné. La suite jusqu’à dimanche avec des dizaines de spectacles de rue.
Un défilé en blanc chargé de symboles pour répondre aux violences de l’année dernière.

Le festival des Expressifs qui s’est ouvert hier soir, a répondu de la plus belle des manières aux évènements violents qui ont marqué la ville et l’édition 2009, le 10 octobre. On se souvient du déchaînement de violence attribué à des éléments anarchistes et des Black Bloc. C’est donc en blanc qu’une quarantaine de Poitevins ont joué sous la direction du Théâtre de l’Unité après un travail mené localement depuis début septembre. Du blanc donc, en réponse au noir des manifestants de l’année dernière. Comme une situation en négatif distillant un message positif.

“Je déteste les maires qui s’appellent Alain”

De la place Leclerc à la place Charles-de-Gaulle, un défilé singeant une manifestation devant le palais de justice, un meeting avec estrade, du lèche-vitrine, des hommes qui tombent, une bataille entre manifestants et forces de l’ordre qui n’était pas sans rappeler le haka des rugbymen néozélandais, et une sacrée dose d’irrévérence envers le maire Alain Claeys: un cirage de pompes en bonne et due forme, et une déclamation poétique sur le thème du “j’aime-pas” : “Je déteste les maires qui s’appellent Alain, je déteste les stations d’hiver, je déteste les manifs, je déteste mon nombril…”. Une récitation interrompue par une intervention impromptue d’un passant: “Je déteste les gens qui se sentent supérieurs, et Sarkozy aussi”.
Le maire, habillé pour l’hiver bien qu’habitué aux déférences et aux joutes verbales, a tout de même apprécié le spectacle : “Ils se sont approprié la ville. Tout y est. C’est très sympa et je suis heureux d’être là. Poitiers Jeunes fait un travail remarquable. Il faut les soutenir.” Un jeu avec le maire jusqu’au terme de la prestation puisqu’au moment des discours Alain Claeys a été interrompu : “Tu arrêtes Alain, on attend le peuple, y’a des votants parmi eux”.
Le peuple qui est invité à poursuivre le plaisir aujourd’hui, samedi et dimanche.

Jean-François MINOT

Lien Permanent pour cet article : http://www.antirep86.fr/2010/10/09/les-expressifs-en-blanc-contre-les-manifestants-en-noir-cp-08-10-10/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*