«

»

Imprimer ce Article

Un nouveau combat pour le militant Nouvelle République 07-12-09

J’ai une triple connaissance de la prison, charnelle, humanitaire et politique”, lâche Jean-Gabriel Mouesca. Un résumé lapidaire de sa vie et de ses engagements. L’homme a passé dix-sept ans derrière des barreaux. Il s’est même évadé en 1986 avant d’être repris.
Avec Philippe Bidart, il fut l’un des leaders historiques d’Iparretarak, l’organisation séparatiste militaire basque clandestine aujourd’hui dissoute. Il a été jugé et condamné pour cet engagement et notamment pour une fusillade où un gendarme avait été tué et un de ses compagnons avait disparu à jamais. Les faits dataient de 1983, ils furent jugés… en 2000.

Libéré en 2001

Après sa libération en 2001, il est devenu un militant. Un porte-parole de la réalité de la prison. D’abord au sein de l’Observatoire international des prisons, présidé durant cinq ans. Puis, désormais, au sein d’Emmaüs France. Il se présente comme une exception, un homme qui doit “témoigner“, pour les autres.

“Un recul énorme”

Aujourd’hui, sa parole stigmatise les centres socio-médico-judiciaires lancés en 2008 pour suivre des personnes remises en liberté, mais toujours considérées comme dangereuses, car soumises à des pulsions sexuelles ou meurtrières non canalisées. “ Le monde médical ne disposait pas du cadre juridique qui permettait de neutraliser ces personnes “, relevait la garde des Sceaux lors de l’inauguration du premier centre expérimental de ce type, à Fresnes. “ L’objectif, c’est de réduire la dangerosité de ceux qu’il accueillera pour leur permettre de sortir sous surveillance et de se réinsérer. ”

“Montés à l’envers”

C’est ce qu’il y a de pire “, estime Gabi Mouesca. “ C’est un recul énorme. On emprisonne des gens qui ont commis des actes délictueux. Et là, on se propose de les garder ad vitam aeternam, une fois leur peine purgée. On ne condamne pas les actes, mais le potentiel, c’est infâme. On parle de 50 à 70 personnes, ce sont des gens malades, le comble de la pauvreté, des gens montés à l’envers, qui n’ont pas d’équilibre personnel.

Lien Permanent pour cet article : http://www.antirep86.fr/2009/12/07/un-nouveau-combat-pour-le-militant-nouvelle-republique-07-12-09/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*